Emplacement à louer

LA MOUCHE EN LAC DE MONTAGNE                    
Rechercher avec Google
   Mouche.biz
   Regisgerard.com
   Abc-peche.com
   Carpe.biz
   Carnassiers.biz
   Peche-au-coup.biz
   Truite.biz  







 

La pêche en lac de montagne n’est possible que durant quelques mois d’été, le reste de l’année il y règne neige et glace ! Pour profiter pleinement de cette courte période, il vaut mieux bien s’y préparer !

La mouche en lac de montagne Les salmonidés vivent parfaitement bien en lac, naturel ou artificiel, dans la mesure où il communique avec une rivière où ils peuvent se reproduire. Mais les conditions de vie y sont totalement différentes et leur comportement varient considérablement de celui en eaux vives. En lac, pas de courant qui pourrait leur amener leur pitance... au contraire, la nourriture y est rarement abondante ce qui les oblige à se déplacer beaucoup pour la trouver.
Plus qu’ailleurs, la pêche en lac demeure très peu prévisible, certains jours les poissons sont en mouvement le matin et le soir, d’autres fois en pleine journée. Ils suivent sans répit les déplacements de leur nourriture et se positionnent à des hauteurs précises mais variables selon les saisons et la température de l’eau !



Les bons postes

En l’absence de gobages, pêchez en priorité les bordures. En règle générale, les poissons se situent dans une bande littorale d’une trentaine de mètres car très riche en nourriture. Des insectes tombent régulièrement des arbres et arbustes riverains, tandis que les larves et les petits poissons sont présents sur les plages de sable, graviers ou cailloux.
Le choix du poste dépend également de la température de l’eau. Contrairement à la rivière où grâce à la présence du courant, l’eau est constamment brassée et par conséquent sa température uniforme, en lac il existe souvent un très grand écart entre les différentes couches d’eau. L’été par exemple, les eaux de surface, réchauffées par les rayons du soleil, atteignent 20° alors que celles du fond ne dépassent pas 4 ou 5°. Dans ces conditions, les poissons occupent une zone bien précise, souvent située entre deux eaux, appelée thermocline, où ils trouvent leur température de prédilection d’environ 13°C !



Choix de la technique

Dans ces eaux limpides, les truites et autres salmonidés voient très bien tout ce qui se passe et ont parfaitement le temps d’analyser les insectes aussi bien à la surface que dans l’eau. La discrétion s’impose dans tous vos gestes et mouvements de même qu’en ce qui concerne la présentation de l’artificielle. Le posé doit être délicat, le bas de ligne assez long, quant à la pointe, elle ne doit pas dépasser 14/100.
La nymphe à vue est inégalée en l’absence de gobages. Toutes les imitations de chironomes ou la classique Pheasant Tail donnent d’excellents résultats, à condition d’utiliser une pointe très fine, en 12 voire 10/100.
La pêche à la mouche noyée est également très efficace. Par temps ensoleillé, privilégiez les modèles au corps argenté ou doré. Lorsque les poissons occupent des zones plus profondes, il vous faut monter une soie de type FS, à pointe plongeante.
Quant à la mouche sèche, l'observation attentive de la surface vous permet de trouver le bon modèle, souvent identique à ceux utilisés en eaux courantes : sedges, émergeantes, noyées, nymphes. Quelques mouches fantaisie peuvent s’avérer très utiles car les poissons changent parfois d’humeur d’une façon imprévisible...


Méthode de prospection

Lorsque les poissons sont en activité, ils suivent toujours le même itinéraire, à proximité de la surface. Anticiper ces déplacements, voilà le secret de la pêche en lac!
Après avoir localisé le poisson, par un gobage, un remous, un marsouinage ou en le voyant tout simplement, il vous faut poser la mouche un mètre en avant et attendre ! La patience est de rigueur ainsi que la concentration de tous les sens pour pouvoir réagir promptement par un ferrage reflex.
Si l’attaque n’intervient pas, déplacez vous rapidement dans la même direction que celle prise par le poisson convoité et posez à nouveau votre artificielle à environ un mètre devant, de façon à lui couper la route !
En ces lieux, les résultats varient fortement et la bredouille d’un jour peut être suivie d’un superbe panier le lendemain et vice-versa. La réussite n’est pas forcément proportionnelle à la surface du lac. N’hésitez pas à vous éloigner des endroits les plus courus pour pêcher un lac plus éloigné, mais peu fréquenté !


Emplacement à louer

© 2002 mouche.biz | Droits réservés | Contact Fr | Mentions légales
Un site du groupe WWW.REGISGERARD.COM