Emplacement à louer

3 NYMPHES INDISPENSABLES                    
Rechercher avec Google
   Mouche.biz
   Regisgerard.com
   Abc-peche.com
   Carpe.biz
   Carnassiers.biz
   Peche-au-coup.biz
   Truite.biz  







 

Les trois nymphes que nous vous présentons, imitent les insectes les plus communs, peuvent s’utiliser dans tous les types d’eau et correspondent aux situations les plus souvent rencontrées, bref… elles sont indispensables !

nymphe ( patte d'insecte ) L’invention de la première nymphe par Franck Sawyer, la fameuse Pheasant Tail, a non seulement représenté la naissance d’une nouvelle technique, la pêche à la nymphe, mais également de nouveaux principes de montage. Sa méthode qui consistait à remplacer tout simplement le fil de montage par un fil de laiton de teinte sombre afin de permettre à la mouche d’évoluer proche du fond, a depuis énormément évolué.

Bien sûr aujourd’hui encore, pour réaliser des modèles plombés, on utilise le fil de plomb, mais aussi des perles de laiton, de cuivre ou d’étain ou du tungstène. Il existe également de nombreux modèles non plombés qui évoluent entre deux eaux ou proche de la surface. Le choix du bon modèle dépend de nombreux paramètres mais principalement de l’insecte que l’on souhaite imiter, où plus précisément de son stade d’évolution, de la profondeur du poste pêché, de la vitesse du courant…

Ces trois nymphes, simples à réaliser et efficaces aussi bien pour la truite que pour l’ombre, ont largement fait leurs preuves dans des situations de pêche les plus diverses. Elles doivent obligatoirement figurer dans votre boîte à mouches !



Nymphe à tête orange

Ce modèle convient parfaitement dans toutes les zones de courant rapide. Il imite les larves d’éphémères de type nageuses qui nagent vigoureusement parmi les pierres ou celles qui dérivent près du fond juste avant d’entamer leur ascension vers la surface.

Cette nymphe est montée sur un hameçon n°18 sur lequel est enroulé, sur les trois quarts arrière de la hampe, le fil de plomb afin de permettre à la mouche de descendre rapidement sur le fond. Pour les cerques sont utilisées quelques fibres issues d’une plume de coq de faisan, fixées sur l’hameçon à l’aide d’un fil de montage de couleur marron. En même temps sont fixés à la courbure des herls de coq de faisan et une petite longueur de fil de cuivre. Une fois l’abdomen de la mouche façonné en forme conique avec le fil de montage, il convient d’enrouler les herls et d’encercler l’ensemble en spires régulières avec le fil de cuivre. C’est ensuite le fil Polyfloss de couleur orange fluorescent qui est enroulé avec une forte tension afin de créer une tête parfaitement ronde laquelle est par la suite généreusement vernie pour obtenir un aspect lisse.



Nymphe avec casque d’or

Ce modèle imite à merveille des pupes de trichoptères dans leur phase de remontée vers la surface. Il convient donc parfaitement pour pêcher entre deux eaux sur tous les postes profonds et se montre particulièrement prenant lors d’une éclosion de sedges.

Montée sur un hameçon n°12, cette nymphe est entièrement réalisée en dubbing d’oreille de lièvre et cerclée d’un tinsel fin, ovale et doré. La tête est représentée par une perle dorée, qui lors de l’évolution de la mouche crée des éclats lumineux ayant pour but d’attirer l’attention des poissons, mais de part son poids cette perle permet également à la mouche de couler plus facilement.


Pheasant Tail légère

Cette variante de la célèbre Pheasant Tail s’en distingue tout d’abord par son poids car elle n’est pas plombée ainsi que par la présence de hackle imitant les pattes de l’insecte. Elle est destinée à la pêche proche de la surface et peut s’utiliser dans les zones peu profondes. Elle imite les nymphes d’éphémères en train de monter à la surface, autrement dit dans leur stade d’évolution précédant l’émergence.

Comme il se doit avec une Pheasant Tail, ce modèle aussi est entièrement réalisé à l’aide de fibres de plume de coq de faisan : la queue, l’abdomen, le thorax et les fourreaux alaires. Seul le hackle provient d’une plume de poule, de couleur rousse. Cette nymphe dont l’abdomen est cerclé d’un fin fil d’or est montée sur un hameçon n° 16. Elle possède un thorax très développé et une tête assez prononcée, noire et bien vernie.


Emplacement à louer

© 2002 mouche.biz | Droits réservés | Contact Fr | Mentions légales
Un site du groupe WWW.REGISGERARD.COM