Emplacement à louer

LES TRICHOPTERES                    
Rechercher avec Google
   Mouche.biz
   Regisgerard.com
   Abc-peche.com
   Carpe.biz
   Carnassiers.biz
   Peche-au-coup.biz
   Truite.biz  







 

Ces insectes peuvent vivre dans tous les types de rivières, calcaires ou granitiques, lentes ou rapides, de même que dans les eaux calmes, lacs et réservoirs. Ils constituent jusqu’à 40 % de l’alimentation des salmonidés. Autant de raison pour que l’on s’y intéresse d’un peu plus près...

La pêche de la truite avec les trichoptères Impossible de confondre les trichoptères avec d’autres insectes. L’adulte possède de longues antennes dirigées vers l’avant et des ailes velues disposées en toit au-dessus du corps au repos. Ce qui est d’ailleurs conforme à l’étymologie de leur nom d’origine grecque : trikos = poils, pteros = ailes.
Les éclosions de trichoptères ou phryganes, s’étalent entre mars et la fin de la saison et se produisent tout au long de la journée. Leur cycle de vie dure environ un an, onze mois de vie larvaire et nymphale et de 15 à 30 jours de vie adulte.
Les imitations de trichoptères appelées sedges, s’avèrent souvent de véritables sauve-bredouilles... Rien d’étonnant donc qu’elles font partie des artificielles les plus utilisées au monde. Tout moucheur digne de ce nom en possède au moins un modèle dans sa boîte à mouches !



Les larves

Il existe trois types de larves de trichoptères, selon la façon dont elles vivent au fond de l’eau.
Les larves à fourreaux, appelées aussi porte-bois ou traîne-bûches, sont les plus courantes. Elles construisent des étuis dont la couleur, la forme et la taille dépendent des matériaux disponibles dans leur habitat. Il peut s’agit de matières végétales, de grains de sable, de petits cailloux et autres débris divers. Quant à la forme du fourreau, elle est généralement cylindrique.
Les larves libres, comme leur nom l’indique ne possèdent pas de fourreau, mais un cocon fixe. Elles vivent cachées sous les pierres ou dans la mousse, principalement dans les rivières rocheuses aux eaux limpides. Membres des Rhyacophilidae ou des Hydropsyche, deux familles de larves sans fourreaux, elles sont généralement de couleur verte, d’une longueur d’environ 20 mm et carnivores, les œufs de poissons et de petits invertébrés étant leurs principales victimes.
Les larves tisseuses de filets réalisent, à la manière des araignées, des toiles de formes très variées, qui leur servent à la fois pour se protéger et pour capturer leurs proies. Ces larves longues de 3 cm environ, le plus souvent de couleur brune, avec une tête noire et bien prononcée, sont bien présentes aussi bien en rivières qu’en lacs.



Les nymphes

Toutes les larves de trichoptères quel que soit leur type, possèdent un cocon nymphal réalisé avec de la soie. Ce stade qui peut durer de quelques jours à plusieurs semaines, précède l’éclosion de nymphes, pupes dans le langage des moucheurs, qui avant d’entamer leur ascension vers la surface, dérivent près du fond.
Parvenus à la surface de l’eau, les trichoptères se débarrassent de leur exuvie nymphale. C’est durant cette phase où ils sont extrêmement vulnérables, que les truites et ombres les consomment en très grand nombre.
Ce stade d’évolution appelé l’émergence est la dernière métamorphose qui donnera naissance aux imagos, insectes adultes ailés.


Les adultes

Une fois nés, les insectes parfaits n’ont qu’un seul objectif : se reproduire ! Ils s’envolent à la recherche de leurs douces moitiés ou ils tentent à rejoindre les rives de la rivière ou du lac où ils vont s’accoupler. A cause de leurs longues pattes, ils laissent alors derrière eux à la surface de l’eau un long sillage, une sorte de dragage qui leur est très souvent fatal !
Après leur fécondation, les femelles pondent les œufs à la surface de l’eau. La vie aérienne des insectes adultes dure en général de 10 à 30 jours.
Impossible de dire combien il existe d’espèces de trichoptères, seulement en Europe on en dénombre plus de 400. Ils se distinguent les uns des autres en fonction de leur taille, leur coloris, la longueur des antennes, mais également selon leur habitat, l’époque et l’heure d’éclosion.
La grande phrygane rousse (le plus grand des trichoptères) peut atteindre 30 mm, tandis qu’un microcaddis dépasse rarement 4 mm.
Certaines espèces ne sont présentes qu’en torrent à fond rocheux tel le sedge marbré, tandis que d’autres préfèrent les eaux calmes des lacs comme le sedge moucheté ou la phrygane à corps vert.
Même si la majorité des espèces éclosent dans la soirée, certaines naissent uniquement pendant la journée, c’est le cas du sedge argenté.



Les imitations

Il est possible d’imiter les trichoptères à tous les stades de leur évolution. Les nymphes du moucheur imitent leur vie larvaire et nymphale, les mouches noyées essayent de reproduire leur aspect lorsqu’ils montent vers la surface.
Au moment où ils se trouvent dans la pellicule, il convient de les imiter avec des pupes de trichoptères émergents.
Les insectes adultes quant à eux, sont imités dans les trois phases de leur vie aérienne : lorsqu’ils glissent sur l’eau, la femelle qui pond et une fois morts (spents).
Lors de la réalisation des artificielles, il faut tenir compte de plusieurs paramètres.
La taille globale dépend de l’espèce imitée, mais dans la majorité des cas la longueur des ailes va du 6 mm pour les petits sedges au 20 mm environ pour les plus gros.
Les antennes elles, ne doivent pas dépasser ¾ de la longueur de l’aile antérieure chez les sedges de taille petite et moyenne, tandis que chez les plus gros, elles représentent plus d’une fois la longueur de l’aile antérieure.
La couleur varie également d’une phrygane à l’autre, et va du jaune au noir, en passant par le roux, le brun et toutes les nuances du marron.


Emplacement à louer

© 2002 mouche.biz | Droits réservés | Contact Fr | Mentions légales
Un site du groupe WWW.REGISGERARD.COM