Emplacement à louer

LES DIPTERES                    
Rechercher avec Google
   Mouche.biz
   Regisgerard.com
   Abc-peche.com
   Carpe.biz
   Carnassiers.biz
   Peche-au-coup.biz
   Truite.biz  







 

L’ordre des Diptera comprend plusieurs milliers d’insectes aquatiques et terrestres que l’on retrouve partout, des eaux les plus pures aux plus polluées, et dans tous les milieux aquatiques, du ruisseau au grand fleuve, de la mare de village au lac situé à plus de 2000 m d’altitude !

Les diptères font partie des invertébrés parmi les plus consommés par les poissons et à tous les stades de leur évolution. En certains milieux tels que les réservoirs, ils peuvent représenter jusqu’à 80% de l’alimentation des truites. Ils prospèrent même dans les eaux très polluées. En effet, ils peuvent vivre partout, dans tous les types d’eau à condition que le fond y soit recouvert d’un sédiment organique.
Ils éclosent de mars à octobre à l’exception des chironomes qui peuvent éclore toute l’année même durant les jours les plus froids. Les éclosions ont lieu durant toute la journée atteignant le maximum en fin d’après-midi et dans la soirée.

Tous les diptères sont des insectes à métamorphoses complètes (œuf, larve, nymphe, adulte). Leur aspect au stade larvaire varie d’une espèce à l’autre, certaines larves ressemblent aux asticots, d’autres évoquent des vers, mais la majorité possède une tête bien distincte et un corps segmenté. Au stade adulte, tous les diptères se caractérisent par la présence d’une unique paire d’ailes membraneuses antérieures, les postérieures étant réduites à des moignons. Ils ont de très courtes antennes et de gros yeux, un thorax bombé, des pattes plutôt allongées et un abdomen sans queue.



Les chironomes

Les plus connus des diptères, les chironomes, appartiennent à la famille des Chironomidae, mais ils sont également connus dans le monde de la pêche à la mouche sous le nom de Buzzers. Ils sont souvent confondus avec les moustiques, insectes appartenant aux familles des Culicidés, Anophèles et Aèdes, dont ils se distinguent principalement par l’absence de trompes piqueuses.

Les larves vermiformes possèdent deux paires de pseudopodes ou fausses pattes juste derrière la tête distincte. Chez certaines espèces on note également la présence de branchies à l’extrémité de l’abdomen. La coloration des larves varie d’une espèce à l’autre, rouge, brun, vert olive, jaune, mais elle est toujours translucide.

La métamorphose de larve en nymphe se produit dans un cocon protecteur que la nymphe une fois prête à sortir va briser en s’agitant vigoureusement. A ce stade-là, la nymphe ou la pupe dans le vocabulaire des moucheurs, est de coloration très foncée, noir, brun ou vert, elle possède un abdomen allongé et segmenté et un thorax caractéristique très bombé, constitué des branchies plumeuses et des fourreaux alaires.

Après une montée très longue et très périlleuse à la surface de l’eau, la pupe subit une dernière métamorphose qui résulte par l’éclosion de l’insecte adulte. Plus petit que la pupe, le chironome adulte possède une petite tête dotée d’antennes (plumeuses chez le mâle) et de gros yeux, un thorax bombé, un abdomen à segments très marqués, des petites pattes et des ailes couvrant 2/3 de son corps. La coloration la plus fréquente est roux, brun, vert, gris et noir.



Les simulies et moucherons-fantômes

Les simulies sont les habitants des eaux courantes. Les larves, longues d’une dizaine de millimètres, vivent en très grand nombre fixées aux pierres et aux algues recouvrant le fond de la rivière. Elles ont la particularité de pouvoir se déplacer d’une pierre à l’autre sans pour autant être emportées par le courant, grâce à un fil de soie qu’elles tissent.

Après la transformation, les nymphes montent à la surface dans une bulle d’air. Au fur et à mesure que celle-ci éclate, les adultes sont projetés dans l’air.
L’insecte adulte ressemble à un moucheron, il est de couleur foncée et d’une longueur de 2 à 6 mm en général. Les femelles peuvent provoquer des piqûres douloureuses.

Les moucherons-fantômes sont surtout présents en lacs et ressemblent pour beaucoup, surtout au stade adulte, aux chironomes et aux moustiques. Les larves d’une dizaine de millimètres de longueur et de couleur toujours très pâle voire transparente, se transforment en nymphes sans créer de cocon. Arrivée à la surface, ce qui se produit le plus souvent la nuit ou par temps couvert, la pupe pend verticalement dans la pellicule.



Les diptères terrestres

Les diptères non aquatiques se retrouvent à la surface de l’eau par accident, souvent projetés par le vent. Des chutes peuvent se produire durant toute l’année mais dépendent malgré tout de la période de vol de chaque espèce.
Ainsi au printemps ont lieu des vols massifs de mouches de Saint Marc (Bibio marci) que l’on retrouve tout particulièrement dans les zones agricoles et boisées.
En fin d’été, ce sont les mouches de bruyères (Bibio pomonae) qui connaissent des chutes si importantes qu’elles peuvent parfois recouvrir la surface des lacs.

Des moucherons noirs (Bibio, Dilophus, Hilara) bien connus des moucheurs volent surtout au printemps et en automne, et sont souvent gobés par les poissons au moment où ils se posent à la surface de l’eau pour s’y nourrir d’autres insectes.

A la famille des diptères terrestres appartiennent également des mouches « à merde » (Scathophaga) qui vivent sur les bouses et crottes d’animaux, mais aussi des mouches bleues ou vertes de la famille des Calliphoridae, qui de par leur taille importante représentent pour les poissons une belle bouchée.



Les imitations

Même si tous les diptères peuvent être imités, aussi bien aquatiques que terrestres, les imitations les plus nombreuses concernent les chironomes.
Les larves de chironomes les plus imitées sont celles à corps rouge réalisé à l’aide d’un morceau de matière translucide rouge ou de soie floche nylon rouge, cerclé de soie noire ou de fin fil de cuivre. La tête est représentée le plus souvent par le herl de paon.

Pour imiter les pupes de chironomes s’utilisent en général des hameçons à hampe courbé. L’abdomen de couleur rouge, orange, vert olive ou noir, est réalisé à l’aide d’un dubbing* fin ou de herl d’oie ou de héron par exemple, cerclé de tinsel, tandis que pour la tête est employé le herl de paon.
Pour imiter les pupes émergentes qui évoluent juste dans la pellicule, il est possible de réaliser des montages suspending grâce à une petite perle de polystyrène enveloppée dans du bas en nylon et fixée en tête de l’artificielle.

Les imitations des chironomes adultes sont nombreuses et variés, elles se distinguent principalement par leur taille et leur couleur. En règle générale, l’abdomen est formé de la même façon et avec les mêmes matériaux que chez les pupes, mais il est aussi couramment utilisé le herl de paon dénudé. Pour le thorax ici aussi est employé le herl de paon. Une paire de pointes de hackle de coq de couleur claire (blanc, gris clair, bleu, crème) représente les ailes, tandis qu’un hackle classique dont la couleur dépend de la coloration générale de l’artificielle, est monté en tête pour imiter les pattes et pour assurer la flottaison de la mouche.

Emplacement à louer

© 2002 mouche.biz | Droits réservés | Contact Fr | Mentions légales
Un site du groupe WWW.REGISGERARD.COM